Accès VIP·Livre : Bonheur Omniprésent

De la souffrance au bonheur

« La vie est une chance, saisi la. » Mère Teresa

 En tant que diplômée en travail social, la première partie de ma carrière a été vouée à combattre la souffrance et les inégalités sociales qui la causait. J’étais une guerrière, une vraie ! J’étais la voix des démunis et des mal-aimés. Solidaire avec les miens, j’ai donc hurlé, crié, exigé et je me suis battue contre vents et marrés. Je me suis fortifiée et épuisée aussi ! J’ai compris au fil des années qu’il fallait saisir autrement la dynamique de la souffrance pour accéder à une réelle guérison; lutter est une voie nécessaire et soigner en est une autre. Oui, il faut lutter pour dénoncer tous ces rapports de force qui se jouent entre egos sur la place publique et en arrière-scène afin d’acquérir du pouvoir et dominer. Il nous faut tous agir contre ces actions qui déshumanisent ce monde et lui enlève sa beauté. Nos avons tous un rôle à jouer pour rétablir l’équilibre entre riches et pauvres, forts et faibles, gagnants et perdants, des conflits que nous avons tous en nous-mêmes, au sein de nos couples, de nos familles, nos quartiers, nos villes, nos sociétés et notre monde. Or, tout en continuant à dénoncer, ce qui m’importait désormais était de soigner directement ces personnes rejetées, maltraitées et piétinées.

J’étais maintenant devenue une soignante des souffrances des laissés-pour-compte sur le champ de bataille. L’urgence d’agir et le prendre soin nourrissaient cette motivation qui m’animait. Puis, j’ai compris que bien qu’il faillait absolument aider toutes ces personnes en crise et soigner toutes celles qui étaient blessées, il fallait que celles-ci soient animées de leur propre force intérieure afin de pouvoir les aider véritablement. Il fallait également respecter leur propre rythme pour y arriver et, que malgré nos meilleures intentions envers celles-ci, qu’on ne pouvait pas les pousser pour qu’elles guérissent plus vite et que, du coup, elles deviennent épanouies. Or, les programmes de dix semaines pour prendre sa vie en main et changer le monde avaient une certaine limite; on ne peut pas tirer sur les graines pour qu’elles poussent plus vite! Le soigner s’exprime dans une dimension hors temps où le cœur regarde, comprend et panse ses blessures pour toucher à sa propre force de guérison – sa force intérieure; le cœur rejoint l’âme. J’ai compris qu’il fallait que l’âme de toutes ces personnes s’éveille dans cette noirceur douloureuse pour qu’elles puissent trouver leur propre lumière et marcher hors du tunnel. C’est un cheminement personnel qui nécessite tellement de soin, de douceur et d’amour. Oui, l’amour! Il fallait de l’amour pour y arriver!

De l’amour pour soi d’abord, pour nourrir cette lumière qui nous anime tous et qui permet de retrouver cette vitalité qui nous libère et nous pousse vers l’avant. S’aimer soi-même assez pour compter à ses propres yeux. S’aimer assez pour se lever et avancer pour mener ses propres luttes et s’en libérer. S’aimer assez pour croire en soi et se dire qu’on en vaut la peine. S’aimer pleinement et se donner à soi-même tout ce qui nous a tant manqué et tout ce dont on a besoin pour se réaliser et progresser. Et tranquillement, cet amour qui soigne guérit, doucement, tout doucement. C’est alors qu’emplit de cet amour de soi, notre regard s’illumine et touche cette force de vie qui prend toute sa valeur et de sa saveur. L’être se tranquillise et se pacifie et la vie prend de la hauteur.

La vie! Mais qu’est-ce donc la vie ? La vie…. Mais d’où vient-elle ? Que cherche-t-elle ? Est-ce un combat sans merci ? La vie, c’est ce souffle en nous-mêmes qui est animé de cette conscience unifiante, vous savez celle qui est là tout au creux de soi ? Non, ce n’est pas celle qui crie ; ça c’est la voix de la souffrance ! Celle de la vie, c’est celle qui vous invite à regarder et à écouter silencieusement et sans jugement la souffrance qui est là. C’est elle qui vous guide à en sortir un pas à la fois. C’est la voix qui vous inspire le meilleur, qui vous remplit d’espoir et de bonheur !

C’est ainsi que passant de guerrière à soignante, que toute cette volonté d’aider, de soutenir et d’aimer mes pairs s’harmonise maintenant parfaitement dans ce rôle d’auteure et de conférencière. Chers lecteurs, en vous offrant ce livre « Bonheur Om̐niprésent : impossible d’y échapper » qui sera lancé dimanche le 5 juin prochain, je vous offre le fruit de ce cheminement qui mène de la souffrance à la reconnaissance du bonheur. Je l’affirme, le bonheur est déjà là dans la lumière comme dans la noirceur et qu’il vous guide vers un mieux-être puis à un bien-être grandissant et omniprésent! Ce bonheur, il s’agit de le voir pour le vivre et le faire grandir.

version 25_2_2_2_2-001.jpg

 À bientôt!

Martine Trudel

2 réflexions sur “De la souffrance au bonheur

  1. Bonne chance pour dimanche,tu me réserve un livre,avec dédicace stp. Envoie moi le tout avec la facture.Bisous et bonne chance. Je serai là en pensée ……avec Sylvette.

    1. Merci ma belle marraine pour ces encouragements ! J’ai vraiment hâte à dimanche et je sais qu’il y aura une très belle et grande aura autour de moi pour vivre cette heureuse naissance. Je te réserve une copie avec grand plaisir accompagné d’un petit mot juste pour toi. Merci d’être là pour moi. Je t’embrasse fort! Xxxxx

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s