Accès VIP·Croissance personnelle

Miracle ! Du pire au meilleur

paix-pour-magicienneJe dédie cet article à oncle Louis qui a poussé la porte qui mène de l’autre côté de cette vie.

 Préambule  

« Les maux du corps sont les mots de l’âme. Ainsi on ne doit pas guérir le corps sans chercher à guérir l’âme. » Platon

Il y a plus d’une semaine déjà que le miracle eu lieu. Je vous explique. Vivant avec une surdité importante, un tympan perforé et une infection chronique de l’oreille droite depuis toute ma vie je m’étais résignée à vivre ainsi jusqu’à la mort de ce corps que j’habite. Mais voilà que contre toute attente, j’ai eu la chance de recevoir une mastoïdectomie / tympanoplastie avec reconstruction ossiculaire et, pour couronner le tout, à la mise en place d’un implant auditif. Bref, j’ai reçu un TRAITEMENT ROYAL qui me redonne l’usage d’une oreille, ce qui changera graduellement ma vie au cours des prochains mois ; je passerai ainsi du pire au meilleur, ce qui met fin à une ère de souffrance, de maladie, de limites et d’isolement.

 Le drapeau blanc de la guérison est hissé, le courant reconnecté et le miracle activé. Wow ! Certes, au moment où je vous parle, je suis plus sourde que jamais puisque toute cette mécanique doit prendre place et s’assoir correctement dans mon oreille pour faire son œuvre. Néanmoins, le processus de guérison est en cours, ce qui me permettra de jouir d’une meilleure ouïe en rétablissant graduellement la communication avec « Roger » qui m’a tant manqué depuis toutes ces années. C’est probablement banal pour vous, mais pour moi cela relève d’une bénédiction céleste que je reçois avec la plus respectueuse des révérences. J’ai littéralement l’âme qui baigne dans la plus pure des gratitudes. Je me sens profondément choyée et aimée. Merci la vie !

Vous le savez, j’ai un faible pour le bonheur[1] et cette expérience extraordinaire que je vis présentement m’inspire mille et une réflexions intéressantes que je partage avec vous dans cet article. Bien sûre, tout cela est coloré par le contexte particulier qui se déroule actuelcouverturelement dans ma vie. Étrangement, ce moment de miracle se présente à un carrefour où a cours en même temps une série d’événements très importants. Il y a notamment mes initiations Reiki qui me reconnectent au flot d’énergie universelle d’une façon si particulière qui cela m’amènent à en faire la pierre angulaire de ce nouveau cycle de ma vie qui s’amorce. Je profite donc de ce papier pour vous introduire très brièvement à cet art et pratique spirituelle très ancien. Je discute aussi de la mort puisque ma famille et moi vivons également la perte subite d’un être cher, oncle Louis, à qui je dédie cet article. Or, cohabitent dans cette lecture les thèmes du miracle, de la guérison, de la source de vie et de la mort. Voilà un échantillonnage d’expériences qui reflètent assez bien le mouvement de la vie n’est-ce pas ? Vous verrez, tout cela fait un sens et vous apportera un éclairage pour observer la vie, votre vie, afin de vous installer dans les meilleures énergies qui soit pour faire face à tout ce qu’elle apporte afin de passer du pire au meilleur.

Le miracle : accéder à l’impossible

« Après tout, qu’y a-t-il ans l’existence de plus vrai qu’un miracle…» Gabrielle Roy

Qu’est-ce qu’un miracle si ce n’est le fait d’accéder à la solution inespérée qui permet de remédier au pire et de vivre une meilleure situation, soit l’accès à quelque chose d’extraordinaire. Pour cause, le miracle est souvent qualifié de soutien providentiel et donne une portée spirituelle à l’événement. Celui-ci nous place donc au cœur du possible, ouvre les portes fermées, déplace des montages pour déjouer les obstacles et apporte la guérison inespérée dans la souffrance qu’elle soit physique, mentale, affective ou spirituelle. Peu importe son origine, le miracle nous reconnecte avec l’énergie universelle qui coule à flot, à la Source de vie qui anime tout ce qui vit et qui nous dit OUI, là où il y avait un Non. Sentez comme le oui est bon et fait jaillir des sensations agréables telles que le courage, la confiance, l’espoir, la volonté, la joie par exemple.

Mais comme le bonheur, le miracle ne serait-il pas plutôt un état normal, soit le fait d’être aligné au mouvement naturel et parfait de la vie qui est toujours là omniprésent ? Pris au sens large, ce « mal » qui a tant besoin de miracle n’est-il pas créé par le fait de s’écarter de ce flot naturel de bénédictions procurant tout ce qui est bien et bon ? En fait, cet écart entre le oui et le non ne serait-il pas associé au manque de confiance en la vie, à la peur, au manque d’amour et au découragement qui, dans un moment de vacuité, d’incertitude ou de doute, nous fait abandonner cette route fluide qui nous met au défi et nous fait prendre un chemin rocailleux ? Voilà qui porte à réfléchir n’est-ce pas ?

Pendant une grande partie de ma vie d’adulte, je me suis fait ma propre psychanalyse afin de comprendre la situation entourant mes maux d’oreille. Pour faire court, j’en suis arrivé à la conclusion que voici. Je crois effectivement que l’origine de mon problème provient de la peur qui s’est installée dans mes pensées et qui m’a détournée du flot naturel confiant et paisible de la vie. Toute petite, je n’étais pas toujours équipée pour comprendre tout ce que la vie m’amenait à entendre. Or, étant demeurée sans explications pour des choses qui m’apportaient une intense charge émotive négative qui me faisait psychiquement mal, le mal a dit, c’est-à-dire que j’ai développé une maladie, un mal à l’oreille. Avec la répétition de ce mécanisme de protection, j’ai abimé mon oreille au point de devenir de plus en plus sourde avec les années. Ainsi, pour me protéger, j’ai fermé mon oreille afin de cesser d’entendre ce qui me perturbait.

De mon avis, un événement a tout simplement été mal perçût et, par le fait même, mal vécu. Sans être corrigé, mon mental a continué à nourrir cette version de la réalité détournée du flot bienveillant de la vie au point d’en faire une maladie chronique. Ceci aura par la suite un impact considérable sur le déroulement de ma vie au point de me limiter et de changer mon style de vie afin de m’adapter aux effets de cet état, soit de me détourner du meilleur et d’aboutir dans le pire : ne plus me mettre la tête dans l’eau pour me laver les cheveux, restrictions multiples et interdictions comme celle de faire des sports dans l’eau, difficulté à exercer mon métier en relation d’aide où je dois écouter l’autre, impossibilité de participer à des activités qui demandent un certain calme et douceur comme la méditation, obligation de faire constamment répéter l’autre, se positionner afin d’écouter avec la « bonne oreille » qui entend, et ce sans parler de la souffrance éprouvée au fil des années causée par l’infection récurrente. Vous savez, cela demande une énergie incroyable tout simplement pour être à l’écoute et s’efforcer d’entendre une communication afin de saisir toutes les directives qui lui donne un sens. Il m’arrive souvent d’être complètement épuisée à la fin d’une rencontre parce qu’elle m’a exigée un surplus d’effort pour essayer d’entendre et de diminuer les impacts de ma surdité sur mon quotidien. Oui, c’est bien là le pire.

Vous comprenez qu’avec le temps je me suis adaptée à une panoplie de limitations qui partiront très bientôt ( !!! ). Après tout ce temps et une fois la convalescence terminée, je vais entendre beaucoup mieux et pouvoir mettre ma tête sous l’eau pour laver mes cheveux, prendre plaisir à nager dans ma piscine, faire de l’apnée en vacances, entendre mes proches parler et retrouver cette joie de converser plutôt qu’à faire constamment répéter, couper la communication et éviter de générer des conflits inutiles. Désormais, je pourrai entendre le chant des oiseaux, apprécier toutes les tonalités d’une musique, comprendre et apprendre avec plus de facilité. Wow! Je vais POUVOIR très bientôt dire OUI là où il y avait une série de non. Voilà tout un poids qui s’enlève de ma vie. Ainsi, l’effet miracle provient du fait qu’on me propose une chirurgie accessible après des décennies de suivi à noter impuissamment la détérioration de mon oreille. Le seul risque c’est d’être mieux ! Tout un changement. Tout un miracle n’est-ce pas ?

Le miracle nous met en phase avec le flot naturel de bénédictions de la vie qui connecte positivement à soi, à l’autre et à la vie et nous place dans le meilleur de la vie.

La santé, un état naturel

« Chaque être humain est l’auteur de sa propre santé. » Bouddha

Retrouver un état naturel de perfection relève-t-il vraiment du miracle ? Voilà une dimension avec laquelle le Reiki nous remet en contact, aspect que j’apprécie tout particulièrement de cette sagesse. Le Reiki est un rituel ancien de guérison qui a été redécouvert par Maître Mikao Usui à la suite d’une retraite de 21 jours sur le Mont Kumara situé au nord de Kyoto au Japon. Il s’attarde aux soins du corps subtil, au corps de lumière, vous savez c’est cette enveloppe invisible qui couvre notre corps de chair et en assure l’irrigation en lumière par le biais des chakras ( centres d’énergie connectés aux glandes endocrines ). Cette intervention lumineuse faite par imposition des mains vise à harmoniser les énergies qui animent notre corps dans le but de faire circuler les courants d’énergie et de préserver ainsi un état de santé naturel. Le Reiki nous connecte avec la magnifique matrice de vie, le plan parfait de notre corps, fabriqué à partir d’un modèle de santé rayonnant.

Or, la maladie est issue d’un conditionnement externe ( une pensée qui à force d’être répétée devient une croyance qui façonne notre comportement même s’il contrevient à notre bien-être ) et par des émotions conflictuelles accumulées et des blessures non résolues qui sont gardées en mémoire dans notre corps sous forme de cristallisation qui portent atteinte à un organe en particulier. Celle-ci engendre des blocages et des coupures à la circulation de l’énergie qui est en nous, ce qui produit la maladie.

Le Reiki permet de découvrir les causes qui nous écartent du flux d’harmonie, de santé et de bien-être qui nous constitue tout naturellement en agissant sur toutes les dimensions de l’être ( corps, cœur, âme et esprit ). Il nous fait prendre conscience de ce bagage et nous en libère. La transmission de l’énergie universelle qui transite du praticien ( la personne ayant reçu les initiations qui ont ouvert son canal d’énergie ) à la personne qui reçoit le flot de lumière pendant le soin constitue le rituel qui permet de maintenir l’harmonie, de restaurer le contact avec l’énergie-lumière ( l’activation de la matrice parfaite de son corps ) et de rétablir l’état de santé naturel par un processus de guérison de l’être. Ainsi, le Reiki est le complément parfait à toutes démarches qui vise une guérison physique, mentale, affective et spirituelle. Ce soin ajoute amour et bénédictions au processus. Vous comprenez maintenant pourquoi je suis complètement soulevée par cette sagesse qui se place maintenant au premier plan de ma vie non seulement en tant qu’être, mais aussi en tant qu’initiée et praticienne Reiki. Ma recherche d’équilibre m’amène à vivre dans une conscience de plus en plus sage et lumineuse.

La guérison : un jeu d’équilibre

« La vie elle-même est un miracle conclut le vieux. Un miracle en équilibre. » Lucia etxebarria

Cette reconnexion physique de mon oreille grâce à la chirurgie a été nécessaire puisque mon état de santé s’est détérioré au point de couper toute circulation de lumière et d’énergie, ce qui plongea mon oreille dans l’obscurité presque totale – la surdité. Ce miracle arrive au moment ou j’ai compris, assimilé et accepté mon vécu. Comme un cadeau, par intérim cette mécanique me reconnecte à la matrice parfaite de mon oreille dans laquelle s’assoie à présent prothèses et appareil. Mais le tour n’est pas joué ; il me faut également nourrir mon oreille en lumière pour que la guérison se fasse harmonieusement, c’est-à-dire que toutes ces choses s’installent correctement et poursuivre le cours normal de guérison. À cette fin, le Reiki est bienfaisant.

Grâce à ce processus que je traverse, je comprends plus profondément la nature même du processus de guérison qui se déroule à la fois en moi, mais également tout autour de moi. En fait, je prends conscience qu’il ne suffit pas d’installer tous ces objets dans mon oreille pour accéder à la guérison, mais qu’il me faut également établir l’équilibre dans toutes les dimensions de ma vie ( couple, famille, travail, vie domestique, loisirs, … ) afin de laisser l’espace à ce mouvement bienfaisant de se faire. je comprends aussi que tout cela s’insère dans un jeu d’équilibre et que c’est en se donnant à soi-même, mais aussi à toute ma famille les meilleures conditions matérielles, affectives et spirituelles que la lumière peut installer la guérison. C’est avec le décès de mon oncle que j’ai réellement compris cette synergie.

Avant l’opération, j’ai « sprintée » pour compléter mes activités professionnelles et bourrée le calendrier de l’avant ( et l’après ) pour libérer le présent de toutes obligations afin de concentrer mon énergie à la guérison. Avec le recul, je pense que cela n’a pas été une option harmonieuse puisque j’étais épuisée le jour de mon opération… Mon conjoint a pris congé au travail afin de me soutenir dans mes besoins et incapacités et aussi, comme chef de famille, de prendre sur lui le fonctionnement de toute la maisonnée le temps d’assurer mon rétablissement tout en veillant au bien-être de nos enfants. Ce jeu d’équilibre s’est installé avec une certaine aisance et les besoins de chacun, somme toute, assez bien répondus. Du moins, jusqu’à ce que nous apprenions le décès soudain de notre oncle. Cela nous éprouve non seulement personnellement puisque nous partagions un lien significatif avec celui-ci, mais cela nous affecte aussi au niveau de notre système familial. Devant ce choc de la perte et avec le poids d’obligations qui tombent littéralement sur les épaules de mon conjoint ( seul héritier et exécuteur testamentaire ), c’est là que sa propre santé est mise en jeu; son corps éprouve des malaises diffus, mais localisés là où ils ont l’habitude de se faire sentir lorsque la tension se resserre ; nos « points faibles » sont les premiers à être affaiblis par le stress.

Comme le corps, la famille est un système où est répartie l’énergie dans le but d’atteindre une harmonie qui permet la santé, soit le fonctionnement et le bien-être de tous ses membres ( homéostasie ). Lorsqu’un d’entre eux est sur-sollicité, que ces ressources deviennent moindre que l’énergie requise pour faire face ( comme c’est le cas de mon amoureux ), il y a affaiblissement de tout le système et apparition de maladie – le mal a dit dans la cellule familiale. Or, vite-vite avec l’urgence d’agir on revoit les priorités et on réorganise les ressources afin de tenir le coup, soit le temps d’absorber cet événement temporaire et de faire en sorte que l’impact de cette surcharge de stress le soit également.

Comme l’énergie lumière, c’est là que les pensées positives viennent nous secourir en nous invitant à continuer à faire confiance à la vie et à demeurer centré dans le flot des bénédictions peu importe la situation. Comme l’énergie lumière diffusé par un soin Reiki, avec tout cet amour qui nous soude ensemble, on se serre les coudes pour passer à travers et prendre soin de nous tous malgré le choc, la désorganisation et nos faiblesses. Qu’on le veuille ou non, tout cela a un impact important sur ma guérison qui recule, avance, recule, avance avec les ajustements qui s’imposent. Mais c’est là le mouvement de la vie auquel nous devons continuellement nous adapter pour garder l’équilibre et repartir plus rapidement une fois les événements passé.

Devant tous ces bouleversements, j’ai remarqué que pour se relever et faire face, il est important d’avoir quelque chose qui nous pousse vers l’avant afin de nous fortifier de courage et stimuler notre motivation à agir. Autrement, on s’écrase devant le poids, c’est-à-dire que l’énergie se coupe, puis survient blocage, maladie et même la mort.

Droit devant : source de réconfort et de motivation

« L’espoir est comme un phare, il n’arrête pas la tourmente mais il guide toujours dans la bonne direction… »  Auteur inconnu

Continuer à faire passer l’énergie au lieu de la bloquer en acceptant avec courage et souplesse tout ce qu’il y a à vivre est le premier pas vers la guérison. Malgré le caractère miraculeux du retour de mon ouïe, ce qui me donne le courage de vivre l’opération, de supporter les inconvenants associés ( pansements quotidien à changer, douleurs postopératoires, suivi médical, pressions familiales, etc. ) et de vivre ma convalescence sont les gains et le bien-être que j’anticipe droit devant. Cela me permet de tenir le coup et de puiser à même mes ressources internes et externes l’énergie requise à ma guérison et au passage de cette étape, disons-le, moins agréable. Mon énergie créatrice est ainsi libérée et investie vers un but positif. Ceci est crucial. Par exemple, j’ai tout de suite senti l’importance de m’accrocher à mes rêves pour me tirer vers l’avant (mon bureau que je réorganise et redécore pour offrir des sessions de Reiki dans un lieu lumineux adapté, l’inauguration que je dois préparer, les livres supers intéressants que j’ai à lire pour me développer, les articles à écrire, etc.).

Pour canaliser et utiliser l’énergie ainsi libérée, j’ai ouvert un nouveau « journal de créaction », ( ma propre formule de croissance : conférence à venir sur le sujet à l’hiver 2017 ), dans lequel je consigne écrits et images qui stimulent ces réalisations. Et voilà que je suis sur la bonne route, vous savez celle des miracles et du flot de bénédictions ? C’est ainsi que des personnes aux prises avec des diagnostics sévères ont réalisé l’impossible et retrouvé un état de santé qui leur était inaccessible selon les prévisions médicales. Il s’agit de trouver en soi son propre canal qui nous reconnecte à soi, qui fabrique de l’énergie et qui crée des miracles. Je vous aiderai justement à explorer ce chemin lors de mes ateliers sur le journal de créaction.

Je ne peux tout de même pas m’empêcher de penser avec compassion à toutes ces personnes qui vivent des difficultés à activer leur énergie de guérison. Vous savez toutes celles qui pour différentes raisons n’ont pas le soutien nécessaire pour se relever et guérir des blessures très profondes. Bref, il faudra puiser encore plus loin dans ses forces pour accéder à son moteur à l’action et débloquer la situation qui cause la maladie. La rechercher pour trouver cette motivaction qui permet de continuer à vivre et à avancer en dépit du malheur qui s’abat sera un grand défi certes, mais chose possible sur laquelle s’accrocher pour se sortir du pire et accéder au meilleur. L’espoir de jours meilleurs, nous met directement en contact avec la guérison et son flot de bénédictions.

Chers lecteurs, toute cette puissance de guérison et d’action est accessible à tous en tout temps. Le secret c’est de la canaliser en prenant vraiment soin de soi, de la vie en soi, en suivant la route et en relevant les défis rencontrés. Il est possible de vivre d’un miracle à l’autre en se positionnant dans le flot de la vie ( là où l’énergie est générée et libérée ) non pas avec passivité, mais en tant que stratégie qui nous place au cœur du bonheur, dans le meilleur des pires. Je ne sais pas pour vous, mais moi je choisis le meilleur, je choisie l’amour, la lumière, la guérison, la vie et le Reiki aussi ! Oui, je m’ouvre au miracle et en fabrique aussi. Chers amis, Je vous souhaite l’appareil. Que le meilleur vous arrive !

Namasté

 

© Martine Trudel, 2016

;lu

Je suis Bachelière en Travail Social de l’UQAT, auteure, conférencière et praticienne certifiée M.A.R.I® ( Mandala Assessment Research Instrument ). J’ai écrit plusieurs programmes de croissance personnelle, deux livres, des coffrets de cartes de méditations quotidiennes et plus d’une soixantaine d’articles disponibles sur mon site http://www.fontainedelumiere.com. J’offre des sessions de croissance personnelle  et d’évolution de l’âme, l’interprétation de mandalas et le M.A.R.I. ®card test, de la relation d’aide ainsi que de l’accompagnement spirituelle.  Pour me joindre, 438-351-4254.

[1] Martine Trudel, « Bonheur Omniprésent : impossible d’y échapper », édition à compte d’auteure, 2016. Mon livre est disponible sur demande en communiquant avec moi téléphone au 438-351-4254 ou via mon adresse électronique martinetrudel.bts@gmail.com.

2 réflexions sur “Miracle ! Du pire au meilleur

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s