Accès VIP

Compost pour l’âme : Comment transformer une humeur de marde en zénitude ?

24C’est bien humain, aujourd’hui, je me suis réveillée du mauvais pied. À peine sortie du lit que je ruminais comme une vache, c’est-à-dire que je ressassais dans mon esprit des pensées négatives comme le fait une vache qui digère et redigère sa nourriture qui passe par ses quatre estomacs. C’est idiot, rien ni personne n’est à blâmer. Je me sens tout simplement mal dans ma peau et je réagis à la moindre contrariété. J’ai donc décidé de sortir mes paquets de gommes à mâcher pour me boucher le trou et pour chiquer ce chialage hors de mon mental. Étant complètement solo dans mon condo, j’ai imaginé deux scénarios pour tenter de m’extraire de ce sentiment d’être à fleur de peau:  je me suis dis que je pourrais sauter un plomb et que cela passerait incognito. Ou bien, je pourrais me commander un petit chiot sur Amazone qu’on viendrait me livrer par courrier accéléré afin de répondre à mon besoin express de me relier.

Évidemment, ni l’une ni l’autre de ces deux options me semblent être la solution. J’en conclu tout simplement que ma «vibe» du jour est lourde et complètement «à chier» ! Oui, j’ai bien écrit «à chier» et cela fait du bien à écrire !  Mais, corrigez-moi si je me trompe, la marde c’est du composte ça, non ?! Voilà donc de la belle matière à utiliser pour donner une seconde vie à une «humeur de marde» en la transformant en quelque chose de positif !  Qu’est-ce que vous en pensez ? Bref, j’en fais mon défi du jour !

Je vous avoue, chers lecteurs, que l’humour m’aide à faire taire mon emmerdeuse intérieure qui sort plus souvent depuis que nous sommes en confinement. De plus, et heureusement, qu’il fait beau dehors aujourd’hui et que j’ai encore la possibilité, grâce au télétravail, de gagner ma vie.  Comme j’ai de la chance de voir mes collègues, même si ce n’est qu’à distance via web conférence. Et puis, j’ai du bon café à boire et de quoi à manger dans mes armoires. Oui, je suis reconnaissante ! Je pense tout particulièrement à mes enfants qui sont en santé et en sécurité, et ce même s’ils ne sont pas pour l’instant sous mon toit. Mon tour de garde viendra où je pourrai prendre plaisir à les désinfecter. Du coup, peut-être arrêteront-ils d’échapper de manière «accidentels» ces jurons qui me font sursauter? Comme je les aime ces deux beaux enfants !

Et voilà qu’en énonçant ces quelques éléments de gratitude que l’agitation négative  de mon mental s’abaisse graduellement (vouloir faire taire mon emmerdeuse intérieure), se place ensuite en fréquence plus neutre (j’ai de quoi à manger dans mes armoires) pour rejoindre, par après, une onde plus harmonieuse qui vibre mieux et qui fait du bien (comme je les aime ces deux beaux enfants – vibration d’amour).  Quel s-o-u-l-a-g-e-m-e-n-t, mais vraiment.

L’exercice de nommer ses gratitudes permet de faire pivoter son attention sur le bon côté des choses. En prenant conscience de toutes ces bénédictions qui sont déjà là, il devient plus facile de prendre son courage à deux mains et d’agir pour sereinement.  Énergétiquement, rédiger la liste de ses gratitudes c’est comme le rayonnement d’un arc-en-ciel après la pluie : ça va bien aller, car même dans la pire des journées, il y a quelque chose à apprécier. Voilà ainsi que nos poumons s’ouvrent et que s’harmonise notre  respiration.

L’une des premières choses que nos humeurs modifient c’est notre respiration. Tout dépendant de la nature de l’expérience génératrice de l’humeur en question, nous pouvons la retenir, elle peut se comprimer, devenir saccadée, de plus en plus courte, se bloquer même, ou bien s’accélérer. Il suffit tout simplement de conscientiser sa respiration afin qu’elle nous transporte de l’agitation mentale au calme, du calme à la douceur et de la douceur à la profondeur de son être. Compléter quelques cycles de respirations et observerez les changements. Atteignez le point de calme, puis celui de douceur et vous serez là bien établi dans la profondeur de votre zénitude.

Bref. voici quelques étapes  que j’ai identifiées pour  transformer une humeur de marde en zénitude. 

  1. Accepter le négatif :  Tout n’est pas toujours rose et c’est ok. Cela est d’autant plus vrai dans la situation exceptionnelle que nous le vivons actuellement.  Or, la fluctuation de l’humeur est quelque chose plus que prévisible, c’est inévitable, inéluctable et immanquable, étant donné les demandes exigeantes d’adaptation ainsi que de l’instabilité de l’énergie qui circule tout autour. Nous vivrons individuellement et collectivement un succession de mouvements comportant des hauts et des bas et même de très hauts et très bas. Ne résistons pas à ces vagues et suivons le flot en étant centrés dans notre cœur. Acceptons de vivre tout simplement nos humeurs de marde. Toutefois, cela ne nous donne pas la permission de vomir (pour garder le thème de la digestion), soit de répandre égoïstement notre négativité et notre tension intérieure sur notre environnement extérieur et se déresponsabiliser en mettant ça sur le compte du corona. En tout temps, et peu importe si c’est la fin du monde ou non ou dans quelle dimension nous résidons, nous sommes à 100% responsables de nos pensées, paroles et actions.
  2. Le dire sans se censurer :  Communiquer notre état d’être de façon socialement responsable permet de sortir la tension interne qui se gonfle à l’intérieur de soi. C’est dire  : «Merde mon humeur est tellement à chier que je me sens mal dans ma peau.» À ce propos, je tiens ici à remercier mes collègues Marie-France et Marie-Eve qui ont été les réceptacles de mon humeur de marde et qui m’ont permis de le dire  franchement et tout haut.
  3.  Rire de soi avec humour : C’est bien reconnu, le rire est un remède en soi.
  4. Désamorcer  le mal-être et l’agitation: Rédiger la liste de ses gratitudes et bénédictions pour faire pivoter l’objet de notre attention sur le positif.
  5. Faire quelques cycles de respirations:  Chercher  par la respiration à se stabiliser dans un état d’être de remise à zero jusqu’au soulagement, puis à la paix.
  6. Passer à autre chose tout en maintenant sa zénitude intérieure.

Terminons cet article en récitant ce célèbre mantra: Om (aum).

scan0005a

J’ai réussi mon défi !

Namasté

Martine Trudel, T.T.S. | B.T.S | Maître Reiki \ Praticienne certifiée M.A.R.I. http://www.fontainedelumiere.commartinetrudel.bts@gmail.com | 438-351-4254

© Martine Trudel, avril 2020

Ce texte peut être utilisé à condition que le nom de l’auteure et la source soient mentionnées et que le contenu ne soit pas modifié. Merci d’honorer ainsi mon travail.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s